les-coureurs-du-Glézy

les-coureurs-du-Glézy

Le banc de sardines

Mon challenge, cette année, c'était de participer au triathlon (taille M) d'Embrun. Chaque année le 15 août j'y suis pour passer quelques jours avec la belle-famille. Et chaque année, le 15 août, l'évènement c'est l' "Iron Man" appelé l' "Embrunman", triathlon taille XXL, il s'agit là d'une compétition internationalement réputée au cours de laquelle les concurrents nagent 3,8 km, pédalent 180 km (5 000 m D+), et courent un marathon (300 m D+). Cette compétition est monumentale et depuis quelques années se décline en divers formules notamment avec un tri "olympique" 1,5 km de natation, 44 km de vélo (1 000 D+), 10 km à pied. C'était ça mon objectif !

Vous savez que j'ai la chance d'avoir beaucoup de vacances, eh bien j'ai profité de mon mois de juillet pour m'entraîner de façon assez intensive (15 à 20h par semaine), le pied ! Un bon copain à moi, génétiquement triathlète, m'avait prêté du matériel, notamment la combinaison et m'avait conseillé de faire des enchaînements, c'est à dire d'associer deux disciplines dans une séance et de faire des répétitions. J'ai basé toute ma préparation sur du foncier, pas de fractionné, rien de violent. C'est vraiment agréable de varier les plaisirs et de sentir qu'on encaisse de mieux en mieux les efforts.

 

Le 14 août il y a un grand briefing, le règlement est bien particulier et très strict. C'est aussi le jour où on pose les vélos dans le parc à vélo. Chaque participant se voit remettre une caisse dans laquelle toutes les affaires devront être rangées, on nous attache un petit bracelet autour du bras qui nous permet de pénétrer dans l'enceinte et, bien sûr, un bénévole inscrit notre n° de dossard sur le bras et le mollet. La pression monte...

J'en viens au jour J !

220 nanas, 330 mecs. Les filles se mettent à l'eau à 8h20 et les gars à 8h30.

Dans le parc, il y a comme un gros nuage de stress qui nous entoure. J'ai l'impression que beaucoup ont le même profil que moi : des néophytes qui découvrent la discipline. Je suis rassuré, j'ai vu deux autres vélos aussi "bas de gamme" que le mien, la plupart sont quand même de très, très belles bicyclettes adaptées à l'épreuve...

On est canalisés vers la plage, il y a une musique lugubre : trouillomètre à zéro !

Je pars dans les derniers, on est serrés, serrés. C'est parti ! Dans l'eau, difficile de nager, on se nage littéralement dessus. Je me sens comme porté, je ne peux dévier ni à droite ni à gauche, impossible de doubler et si je ralentis, on me rentre dedans. Le banc de sardines ou le métro à l'heure de pointe. L'avantage c'est que je ne me fatigue pas. Bien content de sortir de l'eau et de voir que je ne suis pas dans les derniers (315e temps à la natation). Je suis frais et bien content d'en avoir fini avec la natation, je suis un peu plus confiant dans les deux autres épreuves. Au niveau de la transition je mets 5 min à me changer, je perds 100 places, je crois que c'est moi le plus nul de tous, pas grave.

Le parcours à vélo, je le connais très bien, ça démarre par la belle montée des Puys, 7 km, ensuite c'est bien varié jusqu'à St-Apollinaire. De là on entame la descente avec quelques jolis lacets jusqu'à Prunières. Les virages, je les connais par coeur, c'est un vrai bonheur surtout que la circulation est coupée en sens inverse de la course. Jusque là je n'ai fait que doubler, trop bon. La troisième partie est moins rigolote car on prend la nationale qui passe par le pont de Savines. Sur cette partie, très roulante, je suis un peu désavantagé par rapport à ceux qui pédalent sur des vrais vélos de triathlètes et je me fais doubler une quinzaine de fois. Pas grave, je savais que cette partie n'était pas pour moi, alors je ne me désunis pas mais j'en garde sous le pied pour ne pas me cramer. Je gagne 82 places sur le vélo avec le 184e temps, mais ça je ne le saurai que le lendemain. Pour le départ à la course à pied, la transition se passe beaucoup mieux vu que j'ai pédalé en baskets ;). J'accroche le vélo, pose le casque, tourne le dossard, enfile ma casquette et prends ma flasque d'eau ainsi que ma barre d'Ovomaltine : Ovomaltine, c'est de la dynamite ! ! ! Je pars prudemment, je crains le pépin musculaire. Mais tous les feux sont au vert, au niveau respiratoire je suis super à l'aise et je n'ai pas les jambes lourdes. Mumu, Blandine et ma nièce Camille se postent à différents endroits sur le parcours pour m'encourager, c'est super agréable. J'accélère progressivement pour faire une deuxième partie de course un peu plus soutenue. Personne ne m'a dépassé et j'ai pas mal doublé. J'ai le 55e temps de la course et je gagne 79 places :) ! J'arrive en bon état, pas cuit du tout en un peu moins de 3h (2h58'31''). Je finis 154e. J'espérais 3h30' alors autant dire que je suis super content ! ! !

je sais que certains sont tentés par cette discipline, je vous encourage à vous y frotter, c'est vraiment dépaysant.

Ph. L.

 



18/08/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres